samedi 5 août 2017

La tresse - Laetitia Colombani


Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, sa vie bascule.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend une terrible nouvelle.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
224 pages - Contemporain - 2017




Mes impressions :

Premier roman de l'auteur, La tresse est un roman vibrant sur le destin de femmes, malgré ses défauts.

Dans La Tresse, on suit trois femmes de pays, de culture, de situation très différentes, qui on en commun plusieurs choses pourtant : elles sont femmes, elles sont fortes, et leur vie est sur le point de changer.

Que se soit en Inde, dans la caste la plus basse de la société, en Sicile dans une entreprise familiale, ou au Canada proche du sommet de la hiérarchie de son entreprise, Smita, Guilia et Sarah sont toutes trois des femmes ambitieuses, qui vont devoir se dépasser, et oser dire "non". En effet, elles seront toutes trois confrontées à leur condition de femme, le bas de la hiérarchie sociale, une étiquette qui les entrave et les oblige à se battre plus que les hommes. Car être une femme, dans la misère ou dans la richesse, reste un frein à la liberté d'être ce que l'on souhaite, de faire ce que l'on veut. Et c'est ce que ce roman démontre habilement.

On retrouve aussi dans La Tresse d'autres sujets tel que la division des classes sociales en Inde ou la maladie. L'auteur nous sensibilise à diverses conditions défavorables, le roman n'en ai que plus riche et touchant.


« Smita a déjà entendu ce chiffre, qui l'a fait frissonner : deux millions de femmes, assassinées dans le pays, chaque année. Deux millions, victimes de la barbarie des hommes, tuées dans l'indifférence générale. Le monde entier s'en fiche. Le monde les a abandonnées.»


La Tresse souffre cependant de quelques défauts. L'écriture est simple, elle se contente de décrire sans fioritures. De plus, on ressent une construction strict, un côté un peu scolaire. Le tout manque d'un petit quelque chose, tout comme l'histoire. J'ai eu le sentiment que le tout pouvait être approfondi, étoffé. Je pense que chaque histoire aurait pu faire un roman à elle seule, qu'on restait trop en surface. La partie sur l'Inde est celle qui m'a le plus emporté, le deux autres personnages m'ont parut un peu plus fades.

La tresse est un roman très intéressant, qui touche et sensibilise aux problèmes qu'il soulève, malgré son côté trop scolaire et son histoire qui aurait mérité d'être plus approfondit. Une lecture très agréable pourtant, que je vous recommande.





Merci aux éditions Grasset et à Netgalley de m'avoir permis de découvrir La Tresse !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire