samedi 18 février 2017

La tombe des lucioles - Akiyuki Nosaka

La tombe des lucioles
  L'histoire d'un frère et d'une soeur qui s'aiment et vagabondent dans l'enfer des bombes et de la famine tandis que la guerre fait rage.
Les Algues d'Amérique
  Toshio se remémore ses souvenirs de la guerre, pendant laquelle il était enfant, alors que sa femme invite un couple d'amis américains à séjourner chez eux.
139 pages - Contemporain - 1967 & 1968

Ce que j'en ai pensé :
J'ai beaucoup aimé La tombe des lucioles. Court et percutant, le récit est très descriptif. On s’appuie sur les fait, plus que les sentiments, on est loin du pathos qui s'étale (ce qui m'avait déplu dans le film en passant...). On nous décrit les horreurs, et parfois un peu d'espoir, sans jugement, sans sentimentalisme exacerbé.  On sent la désillusion et l'ironie de l'auteur face à cette catastrophe et à la société japonaise, qui a fait de sa malheureuse expérience un récit touchant et percutant, qui nous fait comprendre un peu plus l'étendue de l'horreur des bombes et de la guerre.

Dans la seconde nouvelle, l'auteur s'attarde sur le sentiment des Japonais face aux Etats-Unis, sentiment du vaincu face au vainqueur. On nous décrit ce sentiment ambivalent à la fois de rejet et d'admiration pour les Etats-Unis, la servitude japonaise d'un côté et l'envie de montrer la grandeur japonaise de l'autre. Les complexes sont nombreux, la défaite, la perte de son armée, la physionomie même, et la grande modernité qu'affiche les Etats-Unis, qui attire. Mais la fierté japonaise est toujours présente, et le narrateur tente de ne pas se laisser subjuguer, de retrouver une grandeur à son pays, mais aussi pour lui-même.

// Deux nouvelles percutantes et très intéressantes pour comprendre un peu mieux le sentiment japonais pendant la guerre et d'après-guerre. //

Pauline - Alexandre Dumas

  Quel secret cache Pauline ? Pourquoi fuit-elle le regard d'autrui ? Quel drame creuse son visage et altère son teint ? "Personne n'ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible et matérialisé", confie Pauline. En épousant le comte Horace de Beuzeval, un homme diabolique, la jeune femme à signé son arrêt de mort : chaque jour est devenu synonyme d'angoisse et d'effroi...
256 pages - Classique - 1838

Ce que j'en ai pensé :

Dans Pauline, Alexandre Dumas se met en scène en tant que public de l'histoire que lui raconte son ami Alfred de Nerval. Accompagné de nombreuses références à son époque et à ses propres récits, cette position adoptée par l'auteur nous donne l'impression étrange que cette histoire fut bien réelle, et que l'auteur nous livre ici un témoignage de la confidence de son ami. Et la narration, de même, nous donne l'étrange impression d'être dans la confidence, qu'on nous dévoile un secret, le mystère de cette Pauline qui intrigue l'auteur et nous intrigue à notre tour.

L'histoire de Pauline est une histoire du secret, d'où le sentiment que l'on nous donne dès les premières pages. Beaucoup de mystère et d'intrigues inquiétantes, dans une ambiance plutôt sombre, qui frôle le polar, sans tomber dans le lourd et l'oppressant. On est intrigué par Pauline, par son histoire. C'est une femme qui paraît avoir été lumineuse, mais qui est maintenant effacée et secrète.


// Une histoire pas inintéressante, secrète et trouble, accompagné d'une plume toujours agréable. Attention cependant, cette édition comporte beaucoup de notes de bas de pages, intéressantes voir utiles, mais qui casse un peu le rythme du récit. //

L'Ile panorama - Edogawa Ranpo


  Hirosuke Hitomi, écrivain raté, rêve ce construire un étrange paradis terrestre. Lorsuqi'l apprend la mort de Komoda, riche homme d'affaires qui a la particularité de lui ressembler comme deux gouttes d'eau, il décide de le faire revenir à la vie en usurpant son identité. Il entreprend alors la construction de son paradis terrestre sur une île isolée. Mais le projet de Hitomi ressemble bientôt à une descente aux enfers...
157 pages - Policier - 1926


Ce que j'en ai pensé :
L'Ile Panorama s'ouvre sur un roman policier dans lequel on suit le coupable. D'un hasard, un homme qui vit une vie sans saveur va monter tout un stratagème pour changer sa vie, et réaliser un rêve.
Mais peu à peu, le lecteur va se rendre compte de l'horreur et de la folie du projet du protagoniste, qui se dévoile sous un autre jour qu'un homme ordinaire et las. Crescendo, l’ambiance devient de plus en plus lourde, horrifique, presque fantastique grâce à des descriptions grandioses,  à la fois captivantes et effrayantes. Le tout devient grandiloquent, le protagoniste nous ébloui de son art, mais on se rend compte de l'horreur qui le fait vivre. L'horreur est devenu art.
// L'Ile Panorama nous expose le grand délire démesuré d'un homme, dans une ambiance à la fois fantastique, horrifique, et ensorcelant. //

L'archipel du rêve - Christopher Priest

  Par-delà le Vortex s'étend l'Archipel du Rêve, une zone de neutralité épargnée par la guerre qui ravage les continents austral et septentrional. On rêve d'y séjourner et, une fois prisonnier de ses langueurs tropicales, on ne peut que succomber à une autre forme de guerre, celle que se livrent les êtres de désir et de pouvoir qui peuplent les différentes îles de cette géographie hors du temps, singulière en diable.
414 pages - Science-fiction / érotisme - 1999

Ce que j'en ai pensé :
En fait, L'archipel du rêve est un recueil de nouvelles qui se situent toutes dans le même monde. Et, bon, je ne suis pas friande des recueils de nouvelles à la base... 

Plusieurs nouvelles, qui ont pour thème cet archipel du rêve en marge de la guerre dans le reste du monde, qui oscille entre idéal exotique et terre inhospitalière de rêve et d'angoisse pour chacun de nos protagonistes. Un monde et un archipel intéressant, on s'y plonge avec plaisir, et j'ai bien aimé qu'on nous raconte le ressentie de chaque personnage, différent, face à l'état de ce monde que l'on découvre à travers leurs yeux et émotions. 

Malheureusement, 2 nouvelles seulement se sont distingué du lot, les autres se ressemblent beaucoup, et leur intérêt était plutôt nuancé : un personnage qui rêve de partir et qui part, des femmes aguicheuses, du sexe, et quelques brins de réflexion. J'ai été quelque peu agacée d'ailleurs de ne voir que des femmes qui ne demandent que ça, à servir d'exutoire aux tracas des protagonistes, qui peuvent enfin repartir libérés en les laissant derrière eux après une bonne nuit de sexe.

// Lecture mitigée donc, intriguée par l'univers mais déçue d'en découvrir si peu. //

samedi 4 février 2017

♡♡ Dogra Magra - Yumeno Kyusaku


  Œuvre stupéfiante, inclassable, Dogra Magra est à la fois une performance d'écriture inégalée et un extraordinaire roman policier au programme paradoxal : un roman où les détectives sont les criminels.
Ou plutôt, un roman où l'assassin est la victime. Un amnésique se réveille en pleine nuit dans la chambre d'un hôpital psychiatrique. Nous le verrons se débattre au milieu d'une toile d'araignée tissée par les docteurs de l'institution, à la recherche de son identité et de son éventuel rapport avec une mystérieuse affaire criminelle. Qui est Kure Ichirô ? Quelle terrible malédiction poursuit la lignée de sa famille et se réveille dans ses gènes ? Le lecteur, entraîné dans une spirale de plus en plus serrée de coups de théâtre et de renversements de perspective, perd toute notion de l'espace et du temps et sent son esprit lui échapper, pris d'un vertige ontologique.

595 pages - Policier / hors catégorie - 1935


Les + :
- une intrigue captivante
un livre qui vous entraîne bien plus que vous ne pouvez l'imaginer...
des sujets et une critique du Japon intéressants




Ce que j'en ai pensé :
Ça fait déjà plusieurs semaines que j'ai fini Dogra Magra. Après avoir réussi à me remettre de mes émotions, je me suis efforcée de faire une critique qui lui rend hommage, de donner mon avis, clair et construit, pour partager mon émoi. Mais impossible de rendre compte de l'effet que ce roman a eu sur moi. Alors je vais commencer cette chronique par un avis minimaliste mais qui décrit le plus exactement ce que j'ai envie de vous dire :
Ce roman est une expérience exceptionnelle. Lisez-le.

jeudi 2 février 2017

Bilan du mois de janvier

Le premier mois d'un nouvelle année de bonnes résolutions est passé, il est temps de faire un bilan et de constater si.la.nouvelle.année.livresque.a.commencé.sainement.
Non.
Voilà voilà messieurs dames. Concrètement, j'étais bien partie, un petit plaisir de 5 livres en début de mois, pour continuer des séries, on était à la limite mais pas dans l'excès. Et puis, une commande qui datait de décembre m'arrive, avec 3 nouveaux livres. Bon, ça passe. Et un petit livre en plus que j'ai trouvé en solde. Ça passe aussi, je l'ai lu dans la foulée. Et puis je me suis retrouvée sur internet en période de solde, et j'ai pris 18 livres. Donc, je vous annonce que ça y est, ma PAL a dépassé les 400 romans. *clapclap*
Voyons quand même les côtés positifs : ma wish-list a drastiquement baissé (la bonne blague). Non, one ne peut pas dire non plus que je regrette, je suis très contente de mes achats, parce que ce sont quand même des livres, qui me font envie, et ça ne fait pas grossir.
Aussi, j'ai emprunté pas mal à la bibliothèque, ce qui m'a permis de découvrir des romans que j'aurai peut-être hésité à acheter, et qui j'espère me permettra de me refréner un peu en période hors soldes.
Mais le plus important, j'y viens, ce sont mes lectures. Et si j'ai commencé l'année avec un livre qui ne m'a pas du tout plus, juste après j'ai lu THE roman, celui dont je peux déjà vous dire maintenant, là, que ce sera LE numéro 1 de l'année, LA découverte, dans le top five des livres à lire et relire et faire lire, le livre qui te marque à vie. Une expérience extraordinaire quoi. J'ai aussi relu de la fantasy, ça faisait un moment, et ça m'a fait un bien fou. J'aime les mois comme ça.

Mon janvier livresque en chiffres :

 romans lus, dont 5 de la PAL

 1 série terminée
3 romans de +500 pages, dont 2 de la PAL
 1 roman lu en VO
☼ +27 romans ajoutés à la PAL



Un total de +22 romans dans ma PAL. Sans commentaire >_>

Lus :

Les autres lectures sympa :