vendredi 30 août 2013

Le Petit Chaperon rouge et autres contes


153 pages

Résumé :
Bienvenue dans un monde de châteaux et de forêts où des bûcherons misérables perdent leurs enfants, des ogres sentent la chair fraîche, des fées changent les citrouilles en carrosses et les souris en chevaux, des princes cherchent leur princesse parmi les souillons, des rois deviennent des tueurs en série et des chats des génies de malice et d'ambition.
Bienvenue dans un monde de merveilles et de férocités, où un petit être fasciné sous son chaperon rouge entend les mots les plus effrayants de notre littérature : « C'est pour mieux t'embrasser mon enfant ! »










Mon avis :
La couverture de ce recueil est effrayante, et c'est bien pour ça que je me suis dit "Chouette, ça va faire peur !". J'ai lu ces quelques contes par-ci par-là, quand j'avais un petit moment, parce qu'il y a peu de pages à chaque fois et que ça se lit vite. Malheureusement, j'ai plus était curieuse de poursuivre ma lecture par la renommée des contes que par un réel intérêt.

Ce recueil est composé de 10 contes, séparés en 2 catégories et deux hors catégories. On y retrouve :
Le Petit Chaperon rouge
Les souhaits ridicules
Peau d'âne
La belle au bois dormant
La barbe bleue
Le maître chat ou le chat botté
Les fées
Riquet à la houppe
Le petit poucet
GRISELIDIS

Ce sont toutes de courtes histoires, d'une moyenne d'une dizaine de page chacune, la plus longue en faisant 20. Une morale ou plusieurs sont présente à chaque fois, plus ou moins explicitement. D'ailleurs pour chaque conte, l'histoire n'est que prétexte à donner une morale.
Et c'est bien là que tout va mal. En effet, bien qu'avec des idées originales, j'ai trouvé les histoires sont ternes. Ça ne nous transporte pas, ça ne donne pas envie d'en connaître d'avantage. Je suis restée indifférente aux différentes histoires, et aux différents personnages. J'ai survolé les textes sans y entrer. Et si je m'étais arrêté en plein milieu d'un sans jamais lire la suite, ça ne m'aurait pas dérangé plus que ça. Mais je n'ai pas eu non plus l'impression d'une perte de temps ou de me forcer. C'est assez fluide, donc ça c'est lu assez vite. J'ai le souvenir d'avoir eu une boite de contes en cassettes audio quand j'étais enfant, et Barbe Bleue m'avait vraiment effrayé. Mais malheureusement, je n'ai pas ressenti d'angoisse, je n'ai même rien ressenti de particulier.  Peut-être qu'écoutés, ces contes ont beaucoup plus d'impact.
L'autre point qui me chagrine, ce sont les morales. Pour les enfants c'est assez sympathique, des morales basiques sur le monde. Forcément, en étant plus grand, ça nous touche beaucoup moins. Par contre, j'ai trouvé ça assez idiot que certaines morales se contredisent. Si elles sont censées toucher les enfants, elles vont surtout les embrouiller sur certains points !

J'ai peu de choses à dire, ce sont des classiques pas désagréables à lire mais je m'en serais passé sans soucie. C'est toujours bien pour les enfants, pour qui les histoires auront beaucoup plus d'impact. 


En bref :
+ Facile et rapide à lire, des morales basiques pour les enfants, des idées originales, un classique, la couverture effrayante !
- Peu d'intérêt, des histoires trop rapide et pas vraiment accrocheuses, des morales qui se contredisent.

4.5/10 

mercredi 28 août 2013

Lawful Drug - CLAMP

 3 tomes
Résumé :
Un adolescent est retrouvé inconscient dans la neige par un homme austère qui va lui sauver la vie. Par reconnaissance, il reste avec lui et l'aide au quotidien. Rikuo et Kazahaya travaillent pour Kakeï qui tient une pharmacie le jour. Mais quand vient la nuit le deux jeunes hommes de 17 ans se voient attribuer des missions relevant toutes du domaine surnaturel.
Alors que Rikuo fuit son propre passé, Kazahaya s'acharne à chercher une mystérieuses personne...

Mon avis :
Lawful Drug est un manga du studio CLAMP, dont je suis très fan. Avant sa réédition il y a peu, les tomes étaient assez difficiles à trouver, à des prix astronomique. C'est donc devenu un MUST HAVE des CLAMP à avoir pour moi, alliant le mystère de ce duo inconnu à la rareté du manga, ainsi que les avis positifs que j'ai pu trouver. Finalement j'ai pu acquérir les trois tomes, et dans la première édition. Après avoir passé plusieurs mois sans oser y toucher, j'ai lu les trois tome d'une traite début juin, avant la Japan Expo, peu après la sortie de la suite tant attendu. Et si ma peur d'être déçue a finalement été rassuré, je dois bien avouer que je reste sur ma faim et que j'ai hâte de connaître la suite !

On suit donc l'histoire de Kazahaya, jeune homme sauvé par Rikuo, ainsi que ce dernier qui travaillent tous deux dans une pharmacie le jour pour Kakeï. Mais la vraie raison de leur présence est que Kazahaya a un certain pouvoir, qui lui permet de voir et d'avoir conscience d'évènements surnaturelle. Lui et Rikuo vont donc avoir des missions, principalement de récupération d'objets "magiques", pendant lesquelles ils vont se retrouver à aider d'autres personnes ou confronté à leur passé.
Ces petites histoires sont toutes agréables. Elles sont touchantes, autant par ce qui se passe que par le dessin, qui accentue la beauté féérique des choses et situations. Elles ont également leur côté comique, par des situations ou de gentilles disputes entre nos deux héros qui aiment se taquiner.
Malheureusement, les histoires qui constituent la trame de fond sont peu présentes. En effet, les mystères autour des héros, du gérant du magasin et de son acolyte Saiga sont évoqués, mais on en apprend peu. J'ai même trouvé ça un peu redondant ce côté personnages mystérieux, dont on apprend rien de tel sorte qu'à la fin des trois tomes on n'est pas beaucoup plus avancé qu'au premier. Mais j'ai bon espoir que ça avance un peu plus dans la suite.

On a d'un côté Kazahaya, petit blond torturé qui prend vite la mouche quand ont le taquine, mais qui est sensible et doux. De l'autre côté on a Rikuo, grand brun à l'air stoïque, calme mais taquin, aussi sensible et torturé, qui est le parfait protecteur pour notre petit blond.  Ces deux personnages ensemble sont les parfaits protagonistes pour un yaoi, et les auteurs ne se privent pas pour faire des allusions à une romance possible, comme tous les duos qui apparaissent dans leur autres œuvres. Malgré tout, j'ai trouvé ces personnages attachants, en particulier Rikuo.
Les personnages plus ou moins secondaires sont tout aussi attachants et intéressants, même si on les voit assez peu. Mention spéciale pour Saiga, qui me fait beaucoup rire à chaque fois qu'il apparaît.

Les dessins je vais vous en parler peu, parce que c'est ce que j'aime le plus chez les CLAMP. Toujours aussi magnifiques, même plus que les dernières séries sortie. Dans un manga de CLAMP, tout et tout le monde sont beaux. Je préfère d'ailleurs les anciennes couvertures aux nouvelles. J'aime moins le dessin plus arrondis de maintenant.

En bref :
+ Les deux héros, le gérant du magasin et Saiga, des histoires touchantes, un côté comique, des dessins magnifiques, une suite.
- Trop de mystère dont on ne sait toujours rien à la fin.
7/10

Challenge Livra'deux pour Pal'addict *6* [Août/Sep/Oct]

J'ai eu envie de me fier à quelqu'un d'autres pour ma prochaine lecture et aussi de discuter avec d'autres lecteurs, c'est pourquoi je me suis inscrite à mon premier Livra'deux pour Pal'addict début août, en laissant faire la magie du hasard. Très vite,  Thrr-Gilag, alias Plume et étoiles m'a proposé d'être sa magicienne et le binôme magique 44 est né. Jeune Jirj perdu sur Terre, amateur de SF et Fantasy, c'est sur ces thèmes que s'est orienté notre LDPA, et j'en suis ravie. Je vous laisse son article de présentation du challenge.

Le principe :
En binôme, chacun choisi dans la PAL de l'autre, trois livres :
* Qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l'avis d'un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé...
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis.

Tout les détails sur ce sujet.
La date de fin du challenge est le 31 octobre 2013.


Livres que j'ai choisi pour Thrr-Gilag (et mes arguments) :

Brown Dan - Forteresse digitale  Le résumé me plaît bien, et Dan Brown est un auteur que j'aimerai découvrir.

Grimbert Pierre - Les gardiens de Ji  J'ai déjà entendu parler de Ji, je ne sais plus trop comment, et quand j'ai vu le titre de ce livre cela m'a tout de suite intriguée. C'est donc rien que pour ça que je te propose de te plonger dans cet univers ! (note de Thrr-Gilag : il s'agit du début du 3ème cycle du monde de Ji (après le secret de Ji et les enfants de Ji))

Simmons Dan - Ilium
 Le résumé me plaît beaucoup, et comme j'ai trouvé peu d'avis, un de plus serait super.

Il a choisi :


Livres que mon binôme a choisi pour moi (et ses arguments) :

Gaiman Neil - L’Étrange Vie de Nobody Owens  Je ne connais absolument pas, mais la 4ème de couv a attiré mon attention. Le style d'histoire a l'air enchanteur... Je te propose donc d'entrer dans ce monde sans parachute ^^.

Simmons Dan - Les Cantos d'Hypérion, tome 1 : Hypérion I  Une série que j'adore littéralement. Par contre, elle n'est pas facile d'accès notamment le début.
Mon petit résumé d'introduction, tel qu'il est resté dans ma mémoire, et sans spoil.
Dans cet univers, les hommes sont regroupés dans une hégémonie. Mais plusieurs évènement se précipitent.
La guerre avec les extros qui se rapprochent. Les mystérieux tombeaux du temps (sur Hypérion), qui vont du futur vers le passé et qui seraient sur le point de s'ouvrir. Une légende qui semble revenir à la réalité sur Hypérion. Et de mémoire une église qui indique que 7 pèlerins doivent aller sur Hypérion pour sauver l'humanité.

Hypérion relate la réunion des 7 pèlerins et leur histoire respective, qui fait qu'ils ont été choisis dans toute l'humanité. Entre chaque pèlerin, l'histoire varie énormément, ainsi que le style d'écriture adapté à chaque personnage. Celui dont j'ai eu le plus de mal était le poète qui jure comme un charretier... Tout ça pour dire, que si tu n'accroches pas au début, hésite pas à te laisser entrainer ça vaut vraiment le coup...
Par contre, si tu es prise dedans sache qu'il te faudra inexorablement lire la suite :

-La seconde partie d'Hypérion (tome 2) pour avoir le récit des 7 pèlerins.
-La chute d’Hypérion (tome 3 et 4 en poche) : l'arrivée des pèlerin sur Hypérion et le chemin pour arriver aux temples du temps... et la réponse aux différentes énigmes que tu auras vu naitre.
-Ensuite il y a une suite (Endymion et la chute d'Endymion), mais qui se sépare très bien, et dont j'ai de moins bons souvenirs, même si je me souviens avoir beaucoup aimé. Je te conseille quand même sa lecture, mais probablement dans un second temps je suppose.

Bref, un départ pour un grand voyage... que je te recommande chaudement.

Orwell George - 1984  Un livre qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie. Une critique acerbe de notre société... qui est d'autant plus monstrueuse qu'elle se révèle particulièrement juste quand tu suis l'actualité.
Par contre, je te rassure, ce n'est pas du tout un livre philosophique (j'ai personnellement du mal avec ça). C'est un vrai roman, une vraie histoire qui a le tour de force de réussir à te faire t'interroger sans pour autant te faire lâcher prise de ce roman qui est captivant ! Quand tu penses en plus que cela a été écris en 1949... C'est vraiment marquant comme livre.
Je dirai, sans exagérer, que c'est un des rares livres où tu as un avant l'avoir lu et un après.

J'ai choisi :
Livre acquis récemment qui me donnait très envie, cette proposition a fini de me convaincre à me jeter dessus. Il est d'ailleurs presque terminé, et le tome 2 m'attend désormais dans ma PAL.


C'est donc une LDPA en honneur à Dan Simmons, que mon binôme aime beaucoup et que je découvre et apprécie également !

jeudi 8 août 2013

Un nouveau challenge et une page facebook.

Un petit article pour vous annoncer tout d'abord ma résolution de me fixer un nombre de livres à lire au minimum pour cette année 2013, en excluant les BDs, comics et mangas. J'ai toujours eu plus ou moins une idée d'un nombre de livres que je voulais atteindre chaque mois, mais je n'avais rien réellement fixé pour me motiver. C'est maintenant chose faite avec le Reading Challenge 2013 sur Goodreads.
Objectif : 50 livres

J'ai actuellement lu 31 livres pour depuis le 1er janvier. Il ne me reste donc plus que 19 livres pour atteindre mon objectif, soit environ 4 livres/mois. Ce n'est pas un challenge très ardu, mais août étant chargé et les cours reprenant fin septembre, je pense que je vais avoir de quoi ne pas beaucoup avancer dans mes lectures. Un challenge donc à ne pas négliger !
Vous pouvez suivre mon avancée grâce au widget présent dans la barre d'onglet à gauche.


La deuxième raison de cet article est l'ouverture de la page facebook du blog.

Ce sera l'occasion pour moi de de donner plus facilement des nouvelles sur mes lectures, avancé du blog, projets ou autres, et aussi d'échanger plus facilement avec d'autres lecteurs. J'espère aussi donner un peu plus de visibilité à mon blog, parce qu'après tout, c'est quand même ici que vous pouvez retrouver mes avis et tout le reste.

mercredi 7 août 2013

Amok suivi de Lettre d'une inconnue - Stefan Sweig


223 pages

Résumé :
La passion en ce qu'elle a d'irrésistible et de semblable à la folie : c'est le thème central de ces trois récits publiés en 1922 par le grand écrivain autrichien, auteur du Joueur d'échecs et de La Confusion des sentiments. L'amok, en Malaisie, est celui qui, pris de frénésie sanguinaire, court devant lui, détruisant hommes et choses, sans qu'on puisse rien faire pour le sauver. Le narrateur rencontre sur un paquebot un malheureux en proie à cette forme mystérieuse de démence. Histoire encore d'une folie, d'une passion - d'un amour fou, cette fois - que la Lettre d'une inconnue reçue par un romancier à succès. Mais la passion peut faire de l'homme dominateur et méprisant un être humilié et ridiculisé : c'est le thème du troisième de ces récits, La Ruelle au clair de lune.









Mon avis :
Ce livre est un recueil de trois nouvelles : Amok, Lettre d'une inconnue et La ruelle au clair de lune. J'avais très envie de livre Lettre d'une inconnue et j'avais lu des avis positifs sur Amok, je me suis donc lancée dans cette courte lecture. Et si la nouvelle que je voulais lire m'a plu, les deux autres en revanche ne m'ont pas vraiment séduite.


Ce qui caractérise les nouvelles de Zweig, du moins pour les 4 que j'ai lu, c'est cette façon d'implanter un vague décor dans lequel le narrateur, dont on ne sait rien ou presque, va se retrouver seul face à la confession d'un inconnu. Cette façon d'amener l'histoire ne me plaisait déjà pas vraiment dans Vingt-quatre heure de la vie d'une femme, et ici elle ne me plait pas d'avantage. Et malheureusement, cette façon d'amener l'histoire toujours de la même façon dans chacune de ses nouvelles renforce le sentiment de similitude que j'ai ressentis entre les trois histoires de ce recueil, et plus particulièrement entre Amok et La ruelle au clair de lune.

En effet, si la forme diffère un peu, le fond de l'histoire est le même : le narrateur se retrouve confronté à la confession d'un homme, qui a connu la passion amoureuse. Il est d'abord arrogant, puis perd la femme qu'il aime et la poursuit, tel un fou, jusqu'à sa rencontre avec le narrateur, et sa disparition. Ayant lu les deux histoires l'une après l'autre, je n'ai pas vraiment apprécié la seconde.
La ruelle au clair de lune
, en plus d'être une copie d'Amok, ne m'a pas intéressée. En effet, elle ne s'étend que sur 25 pages, et la moitié ne raconte que comment le narrateur va rencontrer celui qui lui racontera son histoire. Un déambulement dans les ruelles sombres un soir de fatigue et d'ivresse, rien d'intéressant. On ne connait pas mieux le narrateur. Et si cela nous en apprend plus sur celui qu'il rencontrera, une telle longueur n'était pas nécessaire. Ensuite, j'ai trouvé la seconde partie assez plate. Je n'ai pas vraiment ressentie d'émotion dans le récit, contrairement aux autres nouvelles.

Amok, quant à elle, m'a un peu plus intéressé, mais malheureusement, l'homme qui raconte son histoire ne m'a pas vraiment touché. Surement car je n'ai ressenti que son arrogance et son envie de possession jusqu'à la fin. Néanmoins, la place qu'il occupe par rapport à la femme qui lui fera connaître la passion est intéressante. J'ai quand même aimé ressentir ces émotions, même si je les ai beaucoup moins ressentis que dans Vingt-quatre heure de la vie d'une femme ou Lettre d'une inconnue.

La nouvelle que j'avais le plus envie de lire, et que j'ai la plus apprécié est Lettre d'une inconnue.
Si elle m'a plus plu, c'est déjà par la différence entre cette histoire et les deux autres. Alors certes, ça parle aussi de passion, une passion qui rend fou. Mais ici, c'est la passion d'une femme qui a gardé pour elle ses sentiments et qui se dévoile à l'homme qu'elle a tant aimé en dernière confession avant de partir. J'ai trouvé le principe de la lettre d'une inconnue qui nous a tant aimé touchant, et la lettre en elle-même l'est tout autant. On ressent ce que cette enfant, puis femme a vécu. J'ai été à la fois effrayé et impressionné par une passion si forte que cette femme a gardé aussi forte toute sa vie, sans retour, sans tomber dans la haine ou la folie pure. C'est vraiment une belle histoire, même si elle est triste. Si j'avais un reproche à faire, se serait sans doute le fait que parfois, c'est un peu redondant. Mais c'est l'histoire d'une femme sans prétention, sans grande aventure, une vie presque normale, donc ceci est normal et n'enlève rien au charme de la nouvelle.


Après la jolie découverte de Vingt-quatre heure de la vie d'une femme, puis le plaisir de Lettre d'une inconnue, suivit de moins d'enthousiasme pour Amok et enfin de la déception pour La ruelle au clair de lune, je ne suis pas prête à me lancer dans une autre histoire de Zweig pour l'instant. En effet, une fois l'euphorie du premier récit passé, la forme identique des récits me lasse. Et même si les confessions racontent des histoires différentes, le thème de la passion très marqué rend les nouvelles au final assez semblable, et l'intérêt de la première s'estompe au fil des lectures. Peut-être ai-je tout simplement commencé par celle qui devait me plaire le plus et terminée par celle qui devait le moins me plaire par hasard, mais pour l'instant, je n'ai pas l'envie de lire plus de Zweig, à moins que la forme et le thème mis en avant change.

En bref :
+ Lettre d'une inconnue est touchante, on ressent bien les sentiments. Amok est intéressante, écriture fluide, histoires qui se lisent vite.
- La ruelle au clair de lune ressemble très fortement à Amok, le thème et la forme des nouvelles sont identiques, sentiments de redondance entre les différents récits.


Citations :
"Le lendemain soir, j'étais déjà revenue humblement à mon poste; je t'attendais, je t'attendais toujours, comme pendant toute ma destinée j'ai attendu devant ta vie qui m'était fermée." p.130 Lettre d'une inconnue
"C'est ainsi que je t'ai aimé; je peux le dire, à présent que tout est passé, que tout est fini. Et je crois que si tu m'appelais sur mon lit de mort, je trouverais encore la force de me lever et d'aller te rejoindre." p.152 Lettre d'une inconnue
6/10

jeudi 1 août 2013

Bilan du mois de juillet

Bilan livresque
Lus :







Lawful drug - CLAMP  t.1 à 3 *
Tales of xillia - side; milla - HU-KO t.1
The Mystic Archives of Dantalian - Abeno Chako  t.1
Mad World - Kiyohara Hiro & Otsuichi  t.1
Amok suivi de Lettre d'une inconnue - Stefan Sweig *
Le petit chaperon rouge et autres contes - Charles Perrault *
Des fleurs pour Algernon - Daniel Keyes : 300 pages (histoire principale)
Graal : le chevalier dans nom - Cristian de Montella :  112 pages

Acquis :
☼ HU-KO - Tales of Xillia - Side; Milla t.1
☼ Hanokage - Puella Magi Madoka Magica t.2-3
☼ Kiyohara Hiro & Otsuichi - Mad World t.
☼ Abeno Chako - The Mystic Archives of Dantalian t.1

☼ Jippensha Ikkû - À pied sur le Tôkaidô
☼ Mishima Yukio - Dojoji et autres nouvelles
☼ Xinwu Liu - La Cendrillon du canal

3 romans et 5 manga acquis pour 3 romans 6 manga lus ce mois-ci. J'ai lu pas mal de manga ce mois-ci, Japan Expo et nouveautés m'ont remis dans l'esprit. D'ailleurs le nombre faible de roman est aussi dû à se retour à mes premiers amours, puisque mes visionnages d'animes ont considérablement augmentés et par conséquent, mon temps de lecture a été un peu faible. Deux livres de peu de pages sur trois, ce n'est pas terrible comme bilan. Mais j'ai acquis peu de livres en retour, ce qui maintient ma PAL et la fait même baisser un peu.
PAL : -1

Bilan Audiovisuel
Vus :
Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance
Evangelion: 3.0 You Can (Not) Redo
Busou Chuugakusei: Basket Army
Nekomonogatari: Kuro

Acquis :
☼ Evangelion 3.0 You Can (Not) Redo vf/vostfr
Fullmetal Alchemist : Conqueror of Shamballa vf/vostfr
X de CLAMP intégral vf/vostfr
☼ Bokura ga Ita intégral vf/vostfr
Black★Rock Shooter intégral vf/vostfr

La Japan Expo a fait des ravages pour mon porte-feuille. Mais je suis vraiment contente d'avoir pu acquérir le film  Evangelion 3.0 en avant premier presque un mois avant sa sortie officielle !
Pour ce qui est de mes visionnages, je ne mets que les séries terminés, sinon je ne m'en sort pas...

Bilan des challenges


Baby challenge science-fiction 2/20 +1 ->  Des fleurs pour Algernon






Challenge romans cultes 5/6 +1 ->  Des fleurs pour Algernon





Il va falloir que je pense sérieusement a avancer dans mes challenges limités, car je suis encore loin du compte.

Flatland - Edwin A. Abbott


125 pages

Résumé :
Les personnages de cette allégorie sont des figures géométriques : triangles isocèles, carrés, polygones, cercles... Dans leur monde plat, en deux dimensions, ces figures sont très hiérarchisées et ont des coutumes et des croyances bien ancrées. Aussi, quand un modeste carré doté d'une conscience découvre la troisième dimension lors de l'apparition soudaine et invraisemblable d'une sphère, on crie à l'hérésie.
Tout à la fois critique de la rigidité de la société victorienne et texte fondateur de la science-fiction, Flatland aborde la question troublante de la possibilité d'une quatrième dimension spatiale.










Mon avis :
Dès la couverture, qui fait mal aux yeux soit dit en passant, on sait que Flatland est une histoire qui sera scientifique et géométrique. Et en effet, on suit l'histoire d'un carré qui découvre la troisième dimension. Cela m'a tout de suite plu, malgré certaines idées peu appréciables un peu trop mises en avant.


On suit donc un carré sans nom, car les personnages n'ont pas de noms, seul leur forme indique leur rang social. Tout la première partie est une description faite par ce carré de son monde en deux dimensions, Flatland, tant sur l'aspect physique que moral, l'organisation du village et de la société, les mœurs, la politique, l'histoire, tout ce qui fait un pays. Tout est présenté sous forme d'exposé très carré. Le monde présenté est cohérent, et j'ai trouvé ça vraiment intéressant de découvrir une société dans un monde en deux dimensions. Ensuite viens la seconde partie, ou le narrateur fait la découverte de Lineland, monde en une dimension, qu'il voit en rêve. Puis arrive une sphère, qui annonce l'existence de Spaceland, le monde en trois dimensions. Le carré n'y croit pas jusqu'à qu'il y soit obligé, puis vient le moment où il essayera de convaincre les autres habitants de Flatland de l'existence de la troisième dimension. Là aussi, les explications sont, bien qu'avec plus de sentiments que lors de la première partie, claires et précises.
Toute cette allégorie du carré qui se trouve face à des gens qui ignore sa dimension et qui ne veulent pas y croire, et ensuite de lui-même qui découvre une autre dimension et qui ne veut pas y croire nous emmène a un constat : même si nous ne pouvons pas la voir ni la sentir, pourquoi une quatrième dimension n'existerait-elle pas ? Et il en est de même pour tout le reste : il existe des choses que l'on ne peut pas voir ni sentir et qui sont pourtant bien là. Ici, les érudits sont bornés à leur conception du monde et à ce qu'il voit. On le voit très bien par le fait que même après avoir découvert que des gens ne croyaient pas que la dimension dans laquelle ils vivent existe parce qu'ils ne la voyaient pas, le carré et aussi le cercle font exactement la même chose en refusant de croire à une dimension supérieur à la leur. Comme quoi même après avoir eu la preuve que quelque chose qu'on ne peut pas voir existe, on refait l'erreur de ne croire que ce que l'on voit. Ce livre est une vraie critique d'abord du refus des scientifiques d'une quatrième dimension au moment où il a écrit, mais aussi du monde scientifique où les plus intellectuels, persuadés de tout savoir, refuse ce qu'il n'arrive pas à concevoir.

Il y a cependant quelque chose qui m'a fortement agacé dans ce livre : la considération pour les plus mal placé dans la hiérarchie sociale et surtout, la forte misogynie de la société. Les femmes sont considérés comme inférieurs et idiotes parce qu'elles apportent plus d'importance aux sentiments, alors que les hommes n'en ont pas et ne jure que par l'intelligence. J'accepte le fait que, puisque Flatland est une société où les plus cultivé et insensible règne, les femmes étant sensibles ne soient pas bien vus : mais ici, c'est vraiment exagérée ! L'auteur nous rabâche souvent que les femmes sont bêtes, inutiles, hystériques et dangereuses. C'est agaçant de lire toute les 5 minutes que les femmes sont des sous-êtres, surtout quand on en est une soi-même.

L'écriture de l'auteur est très scientifique, l'histoire est comme un rapport que le carré fait après ce qu'il a vécu. Cela rend le texte assez clair, mais il faut toutefois un peu de concentration pour bien suivre. Les chapitres sont courts, ce qui permet de que la lecture ne soit pas trop lourde. Les noms des chapitres de la première partie sont un thème sur Flatland, comme "Du Climat et des Maisons de Flatland" ou "Comment nous nous reconnaissons les Uns le Autres". Pour la deuxième partie, les noms de chapitre sont des questions par rapport à ses nouvelles découvertes.

Dernier point, la préface et la postface sont intéressantes si l'on veut un peu plus sur les réactions qu'ont suscité le livre ainsi que des informations sur l'avancé de l'idée de la quatrième dimension dans le monde scientifique.


En bref :
+ des chapitres organisés et courts, la description de Flatland est intéressante et cohérente, les découvertes de différentes dimensions, la critique du monde scientifique, une lecture scientifique.
- l'aspect très misogyne, une lecture plus scientifique que littéraire.
7.5/10