mardi 26 février 2013

Le mythe de Cthulhu - H.P. Lovecraft






190 pages

Résumé :
Partout dans le monde renaissent des rituels hideux, typiques d'un culte blasphématoire que l'on croyait disparu à jamais : le culte de Cthulhu. Les peuplades primitives se révoltent pour adorer d'odieuses idoles à l'effigie de la monstrueuse créature céphalopode, endormie depuis des millions d'années dans sa demeure sous-marine de R'lyeh. Les temps seraient-ils venus ? A travers les Etats-Unis, quelques hommes courageux, comme le professeur Angell, de Providence, l'inspecteur Legrasse et le premier lieutenant Johansen, vont tenter de s'opposer au réveil de Cthulhu. Mais que peut le courage contre une abomination venue d'outre-espace, dont la simple vue suffit à vous faire perdre la raison ?








Mon avis :
Le myhthe de Cthulhu est en fait un recueil de 6 nouvelles : L'appel de Cthulhu , Par-delà le mur du sommeil , La tourbière hantée , La peur qui rôde , La couleur tombée du ciel et Celui qui chuchotait dans les ténèbres.


Pour commencer, je peux dire que je n'ai aucun souvenir de  Par-delà le mur du sommeil et La tourbière hantée, et je me souviens moyennement de La peur qui rôde et L'appel de CthulhuLa couleur tombée du ciel et Celui qui chuchotait dans les ténèbres ont été lues récemment donc je m'en souviens encore bien, mais cela tient aussi de l'intérêt plus vif que j'ai eu pour elles.

J'ai lu ce livre petit à petit, c'était un peu mon livre à emmener avec moi pour lire quand j'avais peu de temps devant moi. Et comme je me suis difficilement émergées dans les premières nouvelles en plus de la lecture saccadée, je n'ai retenu que peu de chose. J'ai tenté quelques fois de continuer ma lecture quand j'avais du temps devant moi, mais j'ai difficilement lu plus de 20 pages à la suite, avec l'impression d'en avoir lu une cinquantaine. Je n'ai même pas compris au début que Par-delà le mur du sommeil était une autre nouvelle, et j'ai cru lire un second chapitre ! La première nouvelle sous forme de rapport ne m'a vraiment pas accroché. J'ai ressenti une lourdeur, dans le style ou l'avancement des choses peut-être. L'histoire n'était pas inintéressante, mais je n'arrivais pas à m'accrocher à la façon de raconter, et à ce qu'on apprend. Finalement, La peur qui rôde m'a un peu plus entrainée, et j'ai lu  La couleur tombée du ciel et Celui qui chuchotait dans les ténèbres quasiment d'une traite. Plus d'action, plus de frayeur.

Chaque nouvelle est indépendante, mais on se retrouve à chaque fois dans le même univers, autour des mystères cités dans le Necronomicon. Cependant, le titre Le mythe de Cthulhu est assez mal choisi, car si l'on parle certes de plusieurs créatures reliées à Cthulhu, il n'est vraiment question de ce dernier que dans L'appel de Cthulhu, et il est évoqué dans  Celui qui chuchotait dans les ténèbres.
Ce que l'on retrouve dans chaque nouvelle, c'est l'ambiance inquiétante et angoissante qui croisse au fur et à mesure jusqu'à nous faire frissonner. C'est plutôt bien réussi, on se sent à la place du savant à chaque fois qui découvre petit à petit des choses insensées, à le rendre fou. Et tout cela sans réelle description, juste une sensation et un sentiment d'horreur.
C'est malheureusement ce manque de description qui m'a manqué. Avec H.P. Lovecraft, tout est une "horreur indescriptible", "puanteur insensée", trop horrible pour être décrit... En bref, l'auteur de laisse le soin au lecteur d'imaginer l'horreur lui-même. Oui mais, j'ai beaucoup de mal à m'imaginer à quoi ressemblerait une géométrie qui n'est pas terrestre, des paroles trop horribles pour être racontée, une voix humaine bourdonnante faisant froid dans le dos... Quand des petites créatures roses repoussantes et abominables sont évoquées, et bien, j'ai bien du mal à imaginer quelques chose de  rose et d'effrayant à la fois. J'ai pensé à pleins de Kirby... autant vous dire que l'effet de frayeur a été un peu refroidi... Mais avec de l'imagination, on passe outre, et c'est avant tout l'atmosphère et la frayeur du personnage lui-même qui nous font frissonner nous aussi, et chaque fin, qui nous laisse sur un sentiment d'horreur encore plus grande à venir.

Malgré mon début difficile, j'ai tout de même grandement envie de continuer ma découverte de cet auteur, dont The Dunwich Horror est déjà dans ma PAL. :)


En bref :
+ L'ambiance inquiétante et effrayante, la peur sourde que l'on ressent sans objet précis.
- Un style que j'ai eu du mal à intégrer au début, beaucoup de choses "indescriptibles".

7/10

vendredi 15 février 2013

Fingersmith par Aisling Walsh



3h

Résumé :
Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Susan Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs et des receleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Sue devra alors rester auprès de Maud, orpheline elle aussi, élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre tout particulier. Celle-ci entrera à son service afin de la convaincre d'épouser Gentleman, mais les deux jeunes filles finiront par s'attacher l'un à l'autre.

Mon avis sur le livre








Mon avis :
Je suis absolument incapable non seulement d'avoir un avis à peu près objectif, mais aussi totalement incapable de faire un avis sur le film en lui-même en imaginant ne pas avoir lu le livre avant. Je vais donc faire un avis sur cette mini-série (2 épisodes d'1h30) en tant qu'adaptation du livre de Sarah Waters.

L'adaptation du livre :
J'avais adoré le livre Du bout des doigts de Sarah Waters, alors j'espérais vraiment beaucoup de ce film. Mais celui-ci n'a pas satisfait mes attentes. Oh non, il a fait bien mieux que cela !

L'histoire du film respecte extrêmement bien celle du livre. Je me revoyais tourner les pages du livre à mesure que l'action se déroulait sous mes yeux, ravie. Forcément tout n'a pas pu être repris, le roman comptant 752 pages, mais on s'en aperçoit peu car l'essentiel est gardé. Seulement une ou deux petites choses sont légèrement détournées par rapport à l'histoire, mais sans grande importance, avec plaisir même. spoiler Maud à tendance à sauter un peu sur Susan après leur première fois, mais il fallait bien que les amoureuses se touchent un peu. Ce sera du genre "on fait l'amour" plutôt que "je te dis de me faire l'amour en mettant tes mains partout sur moi", pas très divergent par rapport aux conséquences. /// Pour comparer, ce film serait une version abrégée du roman, n'enlevant rien au charme de l'histoire. Le premier épisode se termine comme la première partie du roman, ce qui est très bien fait car c'est à ce moment que tout bascule et la coupure laisse le spectateur dans un état d'incompréhension comme le livre l'avait fait, le laissant ainsi un peu se poser des questions et de se remettre des révélations avant d’enchaîner sur la suite. J'ai eu peur sur le coup, car la première partie du livre ne représente qu'un tiers de celui-ci, il fallait donc faire les 2/3 du livre dans le même temps. Mais finalement, tout marche très bien, je me suis laissée emporter sans sensation d'accélération ou de fin bâclée. Le rythme est très bien soutenu et l'action s'entretient tout au long du film, ainsi je n'ai pas vu le temps passer.
Seul petit point négatif (mais je chipote), spoiler au tout début, Susan nous présente son enfance et Maud la sienne. Hors, faire parler Maud laisse fortement supposer qu'elle sera narrateur à un moment du film, ce que l'on n'est pas censé savoir avant la moitié de la série. ///

Les personnages m'ont absolument ravie. J'ai été surprise de voir à quel point les acteurs correspondaient si bien à leur personnage, physiquement. Ils sont encore mieux que dans mon imagination (par exemple Mme. Sucksby, je m'imaginais une dame à l'air un peu sévère, hors ici elle a un visage vraiment sympathique qui colle très bien à ce qu'elle est.). Et Maud. Je suis tombée amoureuse au premier regard. Elle est absolument magnifique ! J'ai cependant eu un peu de mal avec Sue, je m'imaginais beaucoup plus une jeune fille aux cheveux plus clairs et au visage enfantin, mais il est vrai qu'elle a tout de même 20 ans, donc malgré la différence d'interprétation entre moi et le réalisateur, je dois dire que l'actrice qui incarne Sue correspond très bien à son personnage.
Si physiquement les acteurs vont à ravir avec leur personnage, leur interprétation est toute aussi bonne. La joie, la tristesse, la douleur, la folie, le personnage un peu simplet, le personnage fourbe, tout est très bien joué. J'y ai vraiment vu les personnages du roman, comme si il prenait vie devant moi. Et j'ai beaucoup aimé retrouver les personnages si vivants et intéressants que j'avais adoré dans le roman.

Pour englober le tout, les décors, costumes ect... sont vraiment bien choisis. Le château où vivent Maud et son oncle a un aspect oppressant, Lant Street au milieu des pauvres nous fait ressentir le malheur et la pauvreté ambiante, spoiler l'ambiance au sein de l'asile ne m'a pas du tout donné envie de m'y retrouver ///, je me suis bien sentie dans les lieux du livre, dans l'ambiance qui s'en dégage. Les personnages et l'histoire en sont rendus très crédibles.

En bref :
+ L'histoire est très bien reprise comme un texte abrégé, la coupure est bien choisis, les personnages sont à la fois bien représentés et bien interpréter, les ambiances sont très bien rendues, on se laisse emporter sans sentir la longueur. Gros bonus qui a joué chez moi, Maud est MAGNIFIQUE !
 - De légères bifurcations par rapport à l'œuvre originale, mais rien de très important en fait car elles m'ont plus.
10/10
challenge regarde ce que tu lis 2/7

mardi 12 février 2013

L'Imaginarium du Docteur Parnassus par Terry Gilliam



2h02

Résumé :
Avec sa troupe de théâtre ambulant, " l'Imaginarium ", le Docteur Parnassus offre au public l'opportunité unique d'entrer dans leur imagination en passant à travers un miroir magique. Mais le Dr Parnassus cache un terrible secret. Mille ans plus tôt, ne résistant pas à son penchant pour le jeu, il parie avec le diable, Mr Nick, et gagne l'immortalité. Plus tard, rencontrant enfin l'amour, le Docteur Parnassus traite de nouveau avec le diable et échange son immortalité contre la jeunesse. A une condition : le jour où sa fille aura seize ans, elle deviendra la propriété de Mr Nick. Maintenant, il est l'heure de payer le prix... Pour sauver sa fille, il se lance dans une course contre le temps, entraînant avec lui une ribambelle de personnages extraordinaires, avec la ferme intention de réparer ses erreurs du passé une bonne fois pour toutes...






Mon avis :
Si je devais décrire mon impression en quelques mots, je dirais que ce film est complexe et particulier.

De l'imagination, il en faut quand on regarde ce film. Malgré une trame de base, que je n'ai compris qu'à plus de la moitié du film, on a l'impression que tout part un peu n'importe où, sans raison et sans point précis. J'ai eu du mal à suivre le scénario. Mais ce n'est peut-être pas l'aspect le plus important du film. Je ne me lancerais pas dans une théorie sur interprétation du film, mais c'est bien là un aspect, il faut un peu d'imagination créer sa propre interprétation au film. Et pour un film sur l'imagination, ce n'est pas si mal trouvé. Je ne sais pas si l'aspect complétement décousue du scénario est voulu ou non, mais toujours est-il qu'on est bien forcé à faire marcher notre imagination si l'on veut retirer quelque chose de ce film, on doit se laisser happer par cet univers totalement décalé.

Les personnages ont l'air d'avoir des choses à raconter, mais on en sait finalement peu sur eux. Je les ai malgré tout appréciés, ils m'ont suffisamment touché pour que je veuille les voir s'en sortir. Les acteurs jouent vraiment bien leur personnage. Le plus intriguant est Tony, on découvre ses différents visages au fil du film, et le fait que les acteurs changent pour interpréter son rôle (même si cela est dû au malheureux décès de l'acteur qui jouait son rôle avant la fin du tournage) est intéressant pour marquer ses différentes facettes. Ce changement m'a cependant un peu perturbé, mais cela est plus dû au foutoir de l'histoire.

Ce qui m'aura le plus plût, ce sont les passages dans l'imaginarium. On entre dans l'imagination des gens, c'est magique, loufoque et un émerveillement à la fois. Malheureusement, j'ai trouvé ces passages assez peu présent, j'aurais aimé que l'action du film se déroule plus dans l'imaginarium.

En bref :
+ Un imaginarium absolument beau qui nous fait rêver, des personnages sympathique, un univers décalé intéressant, un film qui force notre imagination.
- Un scénario à l'aspect complétement décousue, une difficulté à suivre importante, sans efforts d'interprétation et d'imagination le film ne rime à rien.

5/10

Une étude en rouge - Arthur Conan Doyle



160 pages

Résumé :
Au numéro 3 de Lauriston Gardens, dans une maison inhabitée, on découvre le corps sans vie d'un homme élégamment vêtu. Chose incroyable, il ne porte aucune trace de blessure alors qu'il y a du sang sur les murs, et rien ne laisse supposer qu'il a été volé. Scotland Yard demande à Sherlock Holmes de mener son enquête. Grâce à son art de la déduction, le détective, aidé de son nouvel ami le docteur Watson, découvre peu à peu l'incroyable vérité...










Mon avis :
N'étant pas une grande fane de roman policier, je dois avouer que tout l'intérêt que j'ai eu pour ce roman est uniquement dû au fait que ce soit une enquête de Sherlock Holmes, qui plus est la toute première rencontre entre le détective et le docteur Watson.

L'histoire dans ce premier roman n'est pas ce qui est le plus intéressant. Elle éveille notre curiosité, on se demande ce qui s'est passé, mais elle est assez vite bouclée. On se retrouve à la place de Watson, ne comprenant rien à la scène de crime que l'on a devant soit, intrigué et étonné par ce que celui qui est encore un inconnu pour nous, Sherlock Holmes, semble savoir, et bluffé par sa démonstration savante qui le conduit bien vite à la résolution de cette affaire. On bascule alors dans la seconde partie, flash-back sur l'histoire de l'assassin et de ses victimes, afin de comprendre pourquoi cela s'est passé ainsi. J'ai beaucoup aimé cette façon de découvrir le motif de l'assassin plutôt qu'un récit qu'il aurait fait lors d'un interrogatoire. Cependant, j'ai trouvé cette coupure un peu longue.

Ce qui est vraiment important dans ce roman, ce sont les personnages. L'auteur nous offre une première découverte de Sherlock Holmes, son mode de vie, son caractère et les gens qui l'entourent, à travers les yeux de Watson, jeune médecin cherchant un logement et se retrouvant à habiter avec le détective. Ce qui est intéressant, c'est que l'on s'identifie vite à Watson, découvrant comme lui ce qui va devenir sa vie. Et j'ai beaucoup aimé les personnages que j'y ai découverts. Je savais quel genre d'homme était Sherlock Holmes à peu près, mais je ne m'attendais pas à retrouver une partie du personnage que j'avais adoré dans l'adaptation cinématographique réalisé par Guy Ritchie. Cynique, dans son monde, décalé, un brin hautain, j'ai adoré le détective. (Il est bien sûr loin du héros dans le feu de l'action, beau, fort, à l'aspect fou qu'interprète Robert Downey Jr., mais le caractère du personnage est assez bien repris.) Watson quant à lui est assez en retrait dans ce premier roman, mais je suppose que c'est dû au fait qu'il ne connait pas encore son futur ami. Les deux inspecteurs qui demandent l'aide de Sherlock Holmes m'ont fait sourire, ils ont ce rôle de raté qui n'hésitent pas à s'attribuer les honneurs, leurs petites compétitions et leurs erreurs que Holmes s'amusent à leur montrer sont amusantes.

En bref :
La rencontre entre les célèbres Sherlock Holmes et docteur Watson, des personnages intéressants, une façon de traiter l'enquête plaisante.
- L'enquête est sympathique mais sans plus.

7.5/10
Challenge Sherlock Holmes 1/6

vendredi 8 février 2013

Shutter Island - Dennis Lehane



393 pages

Résumé :
Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu'au choc final de la vérité.







Mon avis :
Ayant été intrigué par l'histoire du film, j'ai souhaité lire le roman, car trop trouillarde pour regarder le film seule, impatiente et sans personne avec qui le regarder, la solution était le roman. Et je ne suis pas déçue de la découverte.

J'ai trouvé dans l'histoire à peu près ce que je m'attendais à trouver, connaissant à l'avance en gros la fin (je n'ai pas de chance décidément... cf. Du bout des doigts). Ça a plombé un peu le suspense et la surprise, mais ça ne m'a pas empêché de beaucoup aimer ma lecture. En effet, malgré la connaissance partielle de la fin que j'avais, je ne voyais pas vraiment comment tout allait s'expliquer, et je me suis retrouvée avec le héros à essayer de comprendre ce qui se passait sur Shutter Island, qui étaient ses alliés et ennemis. L'intrigue est bien menée, et à la fin du livre, on se dit "Ah mais oui ! Ça en fait, c'était pour ça ! C'était un indice !". Je me suis même prise à vouloir relire le roman afin de repérer tout ce qui aurait pu mettre la puce à l'oreille du lecteur (et ce que j'avais déjà trouvé louche, connaissant la fin...). Ce roman est une de ces histoires pleines de mystères et d'indices qu'il est intéressant de relire avec un nouvel œil une fois que l'on a toutes les données en notre possession. Seuls bémols, l'histoire traine parfois, l'enquête avance lentement et peu. De plus, mais c'est plus une question de goût, j'aurais aimé plus d'action, plus de frisson. L'ambiance est bien rendue mais je m'attendais à plus de danger direct pour le héros. Mais cela s'arrange à la fin et le héros est curieux et actif, donc on ne s'ennuie quand même pas.

Les personnages quant à eux sont un point non négligeable du roman. La plupart des personnages secondaires se ressemblent assez (Dr. machin, Dr. truc...). Les autres personnages sont en revanche intéressants. J'ai beaucoup aimé Chuck, le coéquipier du héros. Le héros est attachant, bien que plutôt violent. Les passages où l'on assiste à ses rêves ou à ses souvenirs sont forts. Ils sont brefs mais on ressent très bien la souffrance de Teddy, sa tristesse, sa mélancolie et sa confusion. Ce sont des passages vraiment utiles et appréciable.

En bref :
+ L'ambiance est bien rendue, l'intrigue est bien menée, un héros intéressant, une fin étonnante ! Un livre qu'on a envie de relire.
- Un manque d'action, qui s'arrange en fin d'histoire (mais c'est une question de goût), une histoire et une enquête qui traîne un peu par moment.

8.5/10

dimanche 3 février 2013

Bilan du mois de janvier


Le mois de février vient de commencer, il est temps de faire un bilan des lectures faites et de l'avancement de mes challenges après un mois de renaissance de ce blog.

Bilan livresque
Lus :
Les Aventures de Cadel Piggott T.1 : Evil Genius - Catherine Jinks *
1Q84 T.1 : Avril - Juin - Murakami Haruki *
La planète des singes - Pierre Boulle *
PS : I love you - Cecelia Ahern *
L'homme dans le labyrinthe - Robert Silverberg *
Du bout des doigts - Sarah Waters *

Acquis :
☼ MacDonald Patricia - La fille sans visage
☼ Ahern Cecelia - PS : I love you
☼ Nicholls David - Un jour
☼ Waters Sarah - Caresser le velours
☼ Waters Sarah - Du bout des doigts
☼ Lovecraft H.P - Le Mythe de Cthulhu
☼ Tolkien J.R.R. - Bilbo le hobbit
☼ Tolkien J.R.R. - Le Seigneur des Anneaux t.1 : La Communauté de l'Anneau, t.2 : Les Deux Tours, t.3 : Le Retour du Roi
☼ Silverberg Robert - L'homme dans le labyrinthe
☼ Chattam Maxime - Autre-Monde t.1 : L'Alliance des trois
☼ Boulle Pierre - La planète des singes 
☼ Barrie James Matthew - Peter Pan
☼ Wide Oscar - Le portrait de Dorian Gray
☼ Doyle Arthur Conan - Sherlock Holmes : Le signe des quatre
☼ Murakami Haruki - 1Q84 t.2 : Juillet - Septembre
☼ Yuki Kaori - Fairy Cube t.3
☼ Nanzaki Iku - Sweet Little Devil  
☼ Takeuchi Naoko - Sailor Moon t.3
☼ Molière - Le misanthrope
☼ Leblanc Maurice - Arsène Lupin
☼ Rowling J.K. - Harry Potter t.1 : Harry Potter à l'école des sorciers
☼ Lehane Dennis - Shutter Island  

21 romans et 3 manga acquis pour seulement 5 romans et 1 manga lus de ma bibliothèque étant donné qu'un des livres n'est pas à moi... De plus, pratiquement tous les livres lus sont des acquisitions de ce mois-ci.
Pas terrible comme bilan, avec seulement 1/4 de livres lus par rapport aux livres acquis... Mais on peut toujours faire pire n'est-ce pas !
PAL : + 18

Bilan des challenges



Regarde ce que tu lis 1/7 +1 -> PS : I love you - livre & film




Challenge romans cultes 1/4 +1 -> La planète des singes de Pierre Boule




Baby challenge science-fiction 1/20 +1 -> La planète des singes de Pierre Boule



Baby challenge drame 2/20 +1 ->  PS : I love you de Cecelia Ahern




Peu d'avancement dans mes challenges, 2 livres et un film qui ne font avancer que 4 challenges sur 10... Mais 3 challenges limités sur 5 avancent, ce qui est déjà pas mal. J'ai également acquis 15 livres entrant dans un ou plusieurs challenges, dont 2 déjà lus, ce qui devrait me permettre de plus avancer dans les prochains mois. 
Je savais que je ne finirais pas ces challenges limités à part le challenge Romans cultes, mais j'espère au moins atteindre 40 voir 50% des objectifs, et garder les titres de livres non-lus sous la main pour de futur découverte :)

Du bout des doigts - Sarah Waters



752 pages

Résumé :
Londres, 1862. À la veille de ses dix-huit ans, Sue Trinder, l'orpheline de Lant Street, le quartier des voleurs et des receleurs, se voit proposer par un élégant, surnommé Gentleman, d'escroquer une riche héritière. Orpheline elle aussi, cette dernière est élevée dans un lugubre manoir par son oncle, collectionneur de livres d'un genre tout particulier. Enveloppée par une atmosphère saturée de mystère et de passions souterraines, Sue devra déjouer les complots les plus délicieusement cruels, afin de devenir, avec le concours de la belle demoiselle de Briar, une légende parmi les cercles interlopes de la bibliophilie érotique. Héritière moderne de Dickens, mais aussi de Sapho et des Libertins, Sarah Waters nous offre une vision clandestine de l'Angleterre victorienne, un envers du décor où les héroïnes, de mariages secrets en amours interdites, ne se conduisent jamais comme on l'attendrait. Un roman décadent et virtuose.

Mon avis sur le film




Mon avis :
J'ai terminé ce roman mercredi après une bonne semaine passé dessus, et j'ai préféré attendre pour vous donner mon avis. Mon avis risque cependant d'être court, car il m'est difficile de vous parlez de ce roman sans vous en dévoiler trop.

L'histoire de se roman est très dense, il y a beaucoup de rebondissements. J'ai eu besoin de faire une pause à la fin de la première partie, j'ai eu besoin de digérer les révélations avant de m'attaquer au 513 pages suivantes qu'il restaient encore. Mais une fois relancée, j'ai dévoré la suite.
Malgré un début que j'ai trouvé un peu trop long, j'ai été intrigué par l'histoire. Et bien que malheureusement je connaissais à peu près la fin de la première partie, Sarah Waters mène si bien son histoire que je n'y croyais pas, je croyais toujours à une autre tournure des évènements, je ne m'attendais pas à ce qui arrive. Et après cette première partie qui raconte une histoire avec un début et une fin, il reste encore 2 autres parties. La seconde partie reprend l'histoire avec la voix d'un autre personnage, et l'histoire continue au-delà de sa fin, pour dans une troisième partie aboutir à la vraie fin, un peu plus "classique" je dirais, mais qui m'a plu. La seconde partie est celle qui m'a le plus plu, dans la manière de raconter du personnage, et bien que l'histoire du début soit reprise, le point de vue du personnage en fait presque une histoire nouvelle.  Le début de la troisième partie est cependant, comme la première partie, un peu longue, ce qui m'a un peu coupé dans mon élan, mais j'ai persévéré et j'ai été ravie. La romance présente dans ce roman m'a également beaucoup plus et est bien faite, on sent les sentiments des personnages évoluer, la difficulté de ce qu'ils ressentent. On est loin de la romance bateau où les deux amants se jettent dans les bras l'un de l'autre et se promettent l'amour éternel au premier regard...

Les personnages sont vraiment des éléments qui m'ont fait adorer ce roman. Déjà, on est attaché au deux personnages qui racontent le récit. Et on ressent vraiment que ce sont des personnages différents à leur manière de parler, de raconter, et à l'importance qu'ils apportent aux éléments de l'histoire. On sent leur sentiments naître, grandir, évoluer. J'ai beaucoup aimé Sue et apprécié Maud. Un seul personnage m'a paru un peu bancal, Mme. Sucksby. J'ai trouvé son dernier acte décalé par rapport à la personnalité qu'on lui découvre. Pour les autres personnages, je l'ai ai apprécié, enfin, ceux qui sont appréciables, les "salauds" n'étant pas fait pour être aimé, je l'ai ai détesté comme il faut.


En bref, l'auteur tire magnifiquement bien son scénario, de telle manière qu'elle nous étonne tout au long du roman avec des révélations vraiment inattendues, ancrées dans un scénario vraiment bien ficelé, malgré quelques longueurs et le nombre important de pages. Un livre que j'avais hâte de lire, et j'ai eu mieux que ce à quoi je m'attendais !
J'ai hâte de me lancer dans Caresser le velours du même auteur qui est dans ma PAL !

9.5/10