mardi 15 juin 2010

Le Magasin des Suicides - Jean Teulé



157 pages

Résumé :
Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre...












Mon avis :

J'ai lu ce livre à l'hôpital (autant s'imprégner du sujet à fond...) et il m'a parfaitement distraite (assez pour que je le lise vite de peur que les infirmières viennent me chercher avant que je le finisse).
C'est un livre court, fait de chapitres eux aussi assez courts, ce qui permet un lecture légère. Le thème est original, et les amateurs d'humour noir seront ravis ! Cependant, le personnage incarnant la joie de vivre m'a énervé, je ne me suis pas attachée à lui, pestant contre lui quand il empêchait les clients de se suicider. Je ne sais pas, peut-être que je n'ai pas apprécié la façon de l'auteur de nous plonger dans un univers sombre et de nous en faire sortir juste après. J'ai été déçu par la fin heureuse de l'histoire. Peut-être devrais-je le relire dans une période plus joyeuse.
Un livre divertissant tout de même !
7/10

dimanche 13 juin 2010

Alice au pays des merveilles suivi de La Traversée du miroir et ce qu'Alice y trouva - Lewis Carroll


320 pages

Résumés :

Alice au Pays des merveilles
Tandis qu’elle s’ennuie sur la berge d’un fleuve, Alice voit tout à coup passer un lapin blanc, ce qui n’a rien d’exceptionnel, mais, chose plus surprenante, elle le voit également tirer une montre de la poche de son gilet. Intriguée, la voilà qui se lance à sa poursuite. Le lapin disparaît dans un grand terrier : elle décide d’y descendre à son tour.
La traversée du Miroir
C'est une grande, énorme partie d'échec qui se joue - tout autour du monde - si c'est bien le monde, ici, vous savez. Oh, comme c'est drôle ! Comme je voudrais bien n'être qu'un Pion, car l'important, c'est de participer, bon, mais bien sûr, j'aimerais encore mieux être reine. Ses désirs exaucés par la Reine rouge, voilà Alice lancée dans une partie des plus surprenants. La petite fille avance, déplacée pour une raison ou pour une autre, dans un monde peuplé de personnages aussi étranges que cet oeuf perché sur son mur. Perdue au milieu de tous ces non-sens , Alice continue de voir le côté positif de la chose , avec à l'esprit cette éternelle interrogation : est-ce elle qui rêve ou fait-elle partie du rêve de ce Roi rouge, pelotonné dans l'herbe humide ?



Mon avis :
Alice ! J'en ai toujours entendu parler, et pourtant je ne me suis jamais plongée dans cet univers. C'est donc après avoir vu le film de Tim Burton que j'ai décidé de lire le récit de Lewis Carroll. Et je dois dire que le film et le récit n'ont pas grand-chose en commun. Mais j'apprécie les deux, même si j'ai une préférence pour le film, moins enfantin.
Les aventures d'Alice sont vraiment légères. Pourtant, il faut s'accrocher pour bien suivre, car la logique n'existe plus. Alice va entrer insouciamment dans un monde où ni elle ni le lecteur ne comprendront le fonctionnement -s'il y en a un- et la petite fille va poser beaucoup de questions qui resteront souvent sans réponse. C'est d'ailleurs un point qui m'a beaucoup agacé, Alice pose énormément de questions et interrompt sans arrêt les habitants du pays des merveilles, je l'ai trouvé assez énervante comme petite fille. En revanche, les autres personnages sont tous intéressants, et garde leur part de mystère tout au long du récit, et même une fois le livre fermé. J'ai réussi à m'imprégner dans l'univers de l'auteur et j'ai pas mal rit lors de cette lecture. Le retour à la réalité créer une coupure brutal dans l'histoire, et convient bien pour une fin de récit.
En revanche, j'ai beaucoup moins apprécié La traversée du Miroir. Je ne saurais dire pourquoi, mais je n'ai pas été transporté dans l'univers du monde du Miroir et les personnages ne m'intéressaient pas vraiment. La fin reprend le même procédé que le précédent récit, Alice revient à la réalité lors d'un joyeux bordel dans le monde du Miroir.
J'ai été plutôt déçue, les récits n'étaient pas vraiment à la hauteur de mes espérances, même si j'ai appréciai et que je relirai sans doute Alice au Pays des merveilles.
7/10

samedi 5 juin 2010

La part de l'autre - Eric-Emmanuel Schmitt




503 pages 

Résumé :
8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde..."











Mon avis :
J'ai adoré. J'ai vraiment adoré ! Je me suis complétement laissée entraîner par la plume de l'auteur, par son histoire. La lecture est particulière, puisqu'elle nous entraine dans deux univers proches au début, qui s'éloignent de plus en plus par la suite, pour finir avec deux histoires qui n'ont plus rien en commun, deux hommes totalement opposés.
Le personnage que créé l'auteur prend une existence à part entière, on le déteste tout autant qu'Hitler au début, mais contrairement à ce dernier, il va se rendre compte qu'il a des problèmes, il va se soigner, il va devenir quelqu'un que l'on peut qualifier de bien. On se retrouve a compatir à ses malheurs, à l'apprécier, lui ainsi que son entourage. J'ai pour ma part beaucoup aimé Onze-heure-trente. Mais c'est pourtant l'histoire du vrai Hilter qui passionne le plus dans ce livre. En effet, on comprend comment Hitler a pu devenir ce qu'il est devenu, comment il a pu être cruel sans même s'en rendre compte. On s'effraie même parfois à s'identifier à lui. J'ai été particulièrement étonné de voir avec quelle rapidité il prend la décision de la solution finale, comme un acte tout à fait normal, ainsi que les événements comme les pogroms ou la nuit des longs couteaux qu'Hitler évoque tous juste dans une phrase.
La partie la plus intéressante de l'œuvre est sans doute la biographie d'Hitler, loin de l'aspect de nos cours d'histoire. Mais la partie d'Adolf H. est une histoire qui a son intérêt, si on la rattache à Hitler.
Ce livre est un sacré coup de cœur, comme l'avait était La mort est mon métier, d'une part par son sujet, mais aussi par la façon dont Eric-Emmanuel Schmitt l'a traité.
9.5/10